Le Barbe Bleue Breton – Solution

Le Barbe Bleue Breton – Solution

Félicitations ! Vous venez de résoudre une affaire criminelle et vous avez démasqué le coupable et localisé le lieu de détention de Melwenn et Anne. Le pire a été évité ! Vous trouverez ci-dessous tous les détails de ce dossier.

ATTENTION !
Ne lisez pas cette page
si vous n’avez pas terminé la partie !

La victime

Melwenn Jaouen, 22 ans, jolie étudiante blonde originaire de Brest, est en résidence sur Pontivy avec sa camarade Anne pour rédiger un mémoire d’ethnologie consacré à « Conomor, le roi sanguinaire ». Suite à la disparition inquiétante de son amie, Anne Seznec se met à sa recherche et tombe à son tour dans les filets de l’assassin… Votre intervention a permis de délivrer à temps les deux jeunes filles retenues captives dans le Moulin ruiné de Lann ar Hours. Revenons ensemble sur les différents éléments de cette enquête au dénouement heureux.

Les autres personnages

En consultant le téléphone mobile d’Anne, vous accédez aux portraits des différents protagonistes de cette affaire.

Les membres de la famille de Melwenn

Myriam apparaît dans la lettre d’Yvonig, le beau-père, comme une mère aimante mais démunie, qui a beaucoup sacrifié pour Melwenn et sa sœur Alexia. Yvonig a encouragé la mère de Melwenn à mettre fin au financement de ses études, car Myriam n’en a pas les moyens. D’autre part, Yvonig semble en vouloir à Melwenn, à juste titre, d’avoir émis l’idée de vendre le bateau de ce dernier. Il semble légitime de la part du beau-père de souhaiter disposer librement de son argent. Nous n’en apprendrons pas beaucoup plus sur cette famille au cours de l’enquête.

Les membres de la famille d’Anne

Les parents d’Anne, Edwige et Jean Baptiste, tiennent une chambre d’hôtes à Plougastel Daoulas, d’après les mails échangés entre Anne et sa mère. Cette dernière est préoccupée par le comportement de son fils, Morgan, le jeune frère d’Anne. Il semblerait qu’il ait eu de mauvaises fréquentations dans son lycée d’origine, et ses parents l’ont envoyé en internat à Pontivy pour passer son bac cette année. Anne semble jouer le rôle d’ange gardien auprès de son petit frère et se montre confiante : celui-ci est « clean » à présent, il s’est fait un nouveau réseau amical, et semble très investi dans la préparation du spectacle historique de l’abbaye de Bon Repos.

Les contacts des jeunes filles sur Pontivy

Aymeric Gicquel, le « druide connecté », semble être le petit ami de Melwenn, d’après la lettre de Ralph et les textos échangés entre les deux filles. Passionnée de photographie et très investi dans le druidisme, il apparaît comme un poète idéaliste.

Jean Yves et Monique Guéguen sont les logeurs d’Anne et Melwenn, ce que l’on comprend en consultant la carte. Jean-Yves est l’ancien maire de Pontivy, on apprend dans le journal et les textos de Morgan qu’il peut être aussi violent que pathétique, mais il s’avère serviable auprès de ses locataires puisque les textos nous montrent qu’il a accepté de transporter Melwenn à son RDV suite à l’indisponibilité d’Anne. On ne sait rien de Monique en revanche… une ex-« première dame » discrète.

Roméric Guéguen est le gérant du bar « le Napo », comme mentionné dans le journal. On comprend qu’il s’agit du frère de Jean-Yves grâce aux annotations du mémoire. Sarah le présente dans un de ses mails à Anne comme un « sacré cochon qui a déjà eu des problèmes avec les filles » (en breton dans le texte !)

Loïc est l’ami de Morgan, un jeune figurant du spectacle son et lumière. Présenté comme un peu speed, mais un bon gars » par Anne dans ses mails à sa mère, le journal confirme qu’il se donne un peu trop à fond dans son rôle de combattant, ce qui encourage sans doute Morgan a suivre son exemple puisque les deux garçons vont réussir à se blesser au cours des entrainements en dépit des précautions prises par leur entraineur.

Sarah Kertamel, guide-conférencière à Pontivy, est présentée dans le premier jet du mémoire comme maître de stage des étudiantes. Elle apparaît comme une personne ressource pour les jeunes filles, proposant des pistes pour les aider dans la rédaction de leur mémoire. Anne lui fait confiance, lui expose son ressenti et sollicite son avis à travers ses mails. On peut supposer que c’est elle qui a fourni la carte du secteur et qu’elle possède une certaine connaissance de la région, de la légende de Conomor et des sites associés…

Ralph Texier est le responsable du cercle celtique de Rostrenen. Probablement rencontré à l’occasion d’un fest-noz, il est rapidement tombé sous le charme de Melwenn, mais cette passion n’est pas réciproque comme en témoigne sa lettre. Celle-ci lui préfère Aymeric, en dépit de leur différence d’âge, mais Ralph ne s’avoue pas vaincu.

Tugdual Juhel se présente comme le dernier descendant vivant de Conomor. Son arbre généalogique couvrant 15 siècles d’Histoire ainsi que ses mails témoignent d’un penchant certain à la mégalomanie, et Anne semble douter également de la fiabilité de ses recherches, multipliant en sa faveur les aïeux illustres, et basées sur la théorie d’une descendante de Trémeur, le fils décapité de Conomor, qu’aucun écrit historique n’a confirmé.

Yoan apparaît également sous l’identité de «l’archéologue ». Il a été rencontré au « Napo », ainsi qu’Anne le présente à Sarah dans ses mails. Les textos échangés entre les filles nous apprennent qu’il a été croisé plusieurs fois à Pontivy ; il faut recouper plusieurs documents (textos, mails, calendrier, flyer Hermine…) pour faire le point sur ce personnage plutôt insaisissable… et pour cause !

Guillaume Wallace est le maitre d’armes des figurants du spectacle son et lumière, chargé des entrainements auxquels participaient Morgan et Loïc, qui ont lieu le samedi à l’abbaye de Bon Repos comme indiqué dans le journal. Anne et Melwenn avaient sans doute l’intention de l’interviewer dans le cadre de leur mémoire.

Jean Guillaume Guivarc’h a été présenté aux étudiantes par l’intermédiaire de Ralph, comme en atteste une annotation manuscrite dans le mémoire. Il est conteur à Cléguérec, et d’après les mails échangés avec Sarah, apparaît comme quelqu’un de plutôt tatillon. Le calendrier et les textos nous apprennent qu’Anne et Melwenn avaient rendez-vous avec lui samedi après-midi, lorsque Anne a reçu un appel de son frère l’empêchant de se rendre à ce RDV. Melwenn s’y est donc rendue seule, déposée par son logeur.

Les circonstances de la disparition de Melwenn

La lecture approfondie des derniers textos envoyés par Melwenn, ainsi qu’une enquête de terrain à l’aide de Google street view et de l’outil de géolocalisation proposé par Hermine assistance nous apprennent que :

  • Le programme initial (rencontre de Melwenn avec Jean Guillaume) a été chamboulé, probablement par une autre rencontre.

  • Il s’écoule plus d’une heure avant que Melwenn envoie à Anne les photos prises de l’arrière d’une voiture, visiblement prises à l’insu de son conducteur.

  • Ces photos permettent de retracer un itinéraire : bar-crêperie de St Aignan (photo 1), route de Malvran (photo 2), Abbaye de Bon repos (photo 3), calvaire de la Croix Rouge (photo 4).

  • La photo 5 laisse supposer que Melwenn a été démasquée par le conducteur, et ce dernier message « Je te retrouve demain sans faute, bise » laisse à penser que Melwenn n’en est pas l’auteur… et qu’Anne est menacée à son tour !

  • Le téléphone de Melwenn cesse d’émettre dans ce secteur, confirmé par la recherche de géolocalisation sur Hermine Assistance effectuée par Anne.

  • Il est 16h26, et Melwenn ne répond plus.

L’enquête

La piste de la famille de Melwenn

Considérée comme une « charge » par Yvonig, Melwenn pouvait en effet représenter un obstacle dans sa vie de couple avec Myriam. Mais ce mobile semble fragile et d’après le texto envoyé à Myriam, le couple se trouvait en mer tout le week-end.

Résultat : les éléments sont insuffisants pour incriminer Yvonig, qui s’avère innocent.

La piste de la famille d’Anne

Aucun élément ne semble mettre en cause la famille d’Anne dans la disparition de Melwenn.

Résultat : les éléments sont insuffisants pour incriminer la famille Seznec.

La piste de Sarah

Si votre enquête vous a amené à soupçonner un instant Sarah pour une obscure raison qui vous regarde, les outils de géolocalisation à votre disposition vous permettront rapidement de l’innocenter.

Résultat : Sarah est innocente.

La piste d’Aymeric

Un quadragénaire illuminé amateur de jeunes filles blondes, avec lesquelles il réalise des photos artistiques en milieu naturel… ces éléments valorisés dans le magazine Ater-Égo suffisent-ils à faire d’Aymeric un potentiel assassin ?

En qualité de druide « connecté », il est fort probable qu’Aymeric ait souscrit la formule « Hermine premium » avec l’option « Hermine masquée » ; il est donc impossible de le localiser grâce à son téléphone mobile, mais le journal confirme qu’il était samedi en séance de dédicace de son livre à Kernascleden.

Résultat : Aymeric est innocent.

La piste des Guéguen

Deux frères très engagés dans la vie locale, au caractère bien trempé et pas toujours très subtils, nul doute que la vie à leurs côtés doit être haute en couleurs. Jean-Yves est la dernière personne a avoir vu Melwenn avant sa disparition, mais la géolocalisation de son mobile confirme qu’il a ensuite rejoint son frère comme il l’a prétendu dans son texto. Tous deux avaient fort à faire samedi au bar « Le Napo », suite à la tournée générale offerte par le pêcheur qui a presque gagné au Groloto, comme le confirme le journal !

Résultat : les frères Guéguen sont innocents.

La piste des figurants

Loïc, Morgan et leur maître d’armes Guillaume étaient bien occupés samedi après-midi, suite au coup de bouclier qui a conduit Morgan à l’hôpital, ainsi qu’on peut l’apprendre à travers les textos échangés avec Anne. Ils n’avaient d’ailleurs aucun mobile pour faire disparaître Melwenn !

Résultat : Loïc, Morgan et Guillaume sont innocents.

La piste de Ralph, l’amant éconduit

Si la déception amoureuse peut parfois conduire à commettre des erreurs, Ralph, dont on peut supposer qu’il serait revenu à la charge auprès de Melwenn au retour de son voyage, est parti en Irlande avec son cercle celtique le samedi matin, comme indiqué dans le journal.

Résultat : Ralph Texier est innocent.

La piste du conteur

Le rendez-vous entre Jean-Guillaume et Melwenn indiqué dans le calendrier et mentionné dans les mails d’Anne, a été une première fois contrecarré par le texto de Morgan informant sa sœur de son accident. Jean-Yves a alors accepté d’emmener seule Melwenn au lieu de RDV, où il l’a déposée un peu en avance. Cependant, Jean-Guillaume apprend dans son texto à Anne que Melwenn ne s’est pas présentée au RDV, suite à un « changement de programme » relaté par Melwenn elle-même, dans son dernier message intelligible… La conversation téléphonique qui a suivi entre Anne et le conteur a permis de définir un nouveau RDV, noté sur un post-it collé sur le calendrier. Cette conversation a eu lieu à l’heure où Melwenn était déjà aux mains de son ravisseur, ce qui, ajouté aux données de géolocalisation de son mobile, permet d’innocenter Jean-Guillaume.

Résultat : Jean-Guillaume Guivarc’h est innocent.

La piste de Tugdual

Son prétendu « héritage » du roi sanguinaire développé dans un imbuvable arbre généalogique brodé de prétentions mégalomanes, ainsi que son projet de biopic sur la légende Conomor tourné en forêt, et le recrutement de jeunes filles blondes (mails à Anne et petite annonce relayée par Sarah), font de Tugdual un coupable idéal. Cependant, la géolocalisation de son téléphone mobile indique qu’il a passé tout le week-end à l’autre bout de la Bretagne, du côté de St Malo. Mais que dire de la branche reniée de son arbre généalogique, qu’Anne a réussi à rétablir grâce à la fiche d’état civil obtenue auprès d’un stagiaire de mairie peu scrupuleux ? Il semblerait que s’il existe une descendance de Conomor, Tugdual ne soit pas le seul… pourquoi a-t-il gommé ainsi l’existence de son cousin ?

Résultat : Tugdual Juhel est innocent.

La piste de Erwann Bézouët

Le visionnage de l’émission « Affaire froide » était un élément déterminant de votre enquête. En effet, le témoignage de Chantal, mais aussi ceux des divers protagonistes de cette affaire de 2001, permettaient de réunir les pièces du puzzle.

Dans les années 1990, Erwann Bézouët, apprend par son cousin Tugdual qu’ils possèderaient tous deux un illustre ancêtre : Conomor, que la légende présente comme « le barbe bleue breton ». Cette information monte à la tête du jeune Erwann, qui a toujours été passionné par les contes que lui racontait sa mère. Il s’invente alors un personnage, à mi-chemin entre le prince sanguinaire de Bretagne et le Barbe Bleue des contes de Perrault, et organise une série de meurtres de jeunes femmes basées sur la torture psychologique. Abreuvé des valeurs qu’il considère comme « morales » que lui a transmis sa mère, seule femme digne de respect à ses yeux, il détermine son mode opératoire : aborder et séduire la jeune femme, l’inviter à boire un verre pour lui administrer un puissant sédatif, et l’entrainer dans un lieu isolé (le moulin ruine de Lann ar Hours) où l’attend une macabre mise en scène. Il ne reste plus qu’à attendre que la jeune femme, rongée par la curiosité ou poussée au désespoir, ouvre ce fameux coffre interdit dans lequel il enfermera sa tête, en châtiment de cette trahison.

L’un des cadavres de jeune femme disparues à cette époque a été retrouvé au cours de l’assec du lac de Guerlédan, comme l’indique le journal du 10 juin.

La fiche d’état civil obtenue par Anne révèle qu’Erwann est le fils de Servane Kermarrec, l’éleveuse de poules, il est donc bien l’homme sortant de prison mentionné dans le journal… et le cousin de Tugdual.

Résultat : Erwann Bézouët est coupable de l’enlèvement de Melwenn, et s’apprête à l’assassiner, si vous arrivez trop tard… Reste à déterminer sous quelle identité Erwann Bézouët s’est fait connaître auprès de sa… de ses prochaines victimes.

La piste de Yoan

Ce prétendu archéologue, qui revient sur la région après près de 20 ans d’absence, et dont la spécialiste locale du patrimoine n’a jamais entendu parler (voir mails de Sarah), semble correspondre en de nombreux points au profil décrit par Chantal dans l’émission « Affaire froide ». Il semblerait même qu’il ait commencé à suivre sa cible dès le lendemain de sa libération, rôdant autour des deux jeunes filles (Anne indique l’avoir vu plusieurs fois à Pontivy dans ses textos), et se présentant à elles au bar le Napo, où il a sans doute surpris leur conversation, en se prétendant connaisseur de la forêt et spécialiste des vieilles pierres… et pour cause !

Résultat : Yoan et Erwann sont une seule et même personne… le coupable ! Après l’enlèvement de Melwenn, ayant surpris les textos échangés entre les deux jeunes filles, il décide de retourner chercher Anne le lendemain pour faire disparaître un témoin gênant… tout en alimentant sa propre légende sanguinaire !

Vous avez aimé cette enquête ? Nous avons besoin de votre aide !

J’espère que vous avez eu autant de plaisir à dénouer les fils de cette enquête en Bretagne intérieure que j’en ai eu à les entremêler. Je vous invite à poursuivre ce voyage en venant vous promener dans les chemins creux du pays de Guerlédan, qui sentent bon la brume, l’ardoise et le beurre salé !

Nadia

Vous avez trouvé cette enquête intéressante et vous voulez partager votre expérience avec d’autres joueurs ? Nous serions ravis que vous preniez le temps de rédiger une brève critique sur un média ludique.

Cela pourra convaincre de nouveaux joueurs d’essayer une de nos enquêtes –ce qui nous est très utile pour développer cette gamme de jeux.

Si vous avez des questions, des réclamations ou des recommandations, merci de nous contacter via notre formulaire de contact (objet : Le Barbe Bleue Breton). Nous sommes toujours heureux de recueillir vos impressions afin d’améliorer nos produits.

Merci beaucoup !

L’équipe d’Origames

Inscrivez-vous à notre newsletter pour être informé des nouveautés de la gamme Detective Stories !

 

Les commentaires sont fermés.